Le projet

Le bâtiment « des Canaux » a été construit en 1882 pour l’administration des services des Canaux dans le 19ème arrondissement à Paris. En 2010, l’administration a quitté les lieux.

Après plusieurs projets de nouvelles affectations étudiés, la Ville de Paris a décidé en 2016 de faire de ce lieu La Maison des Économies Solidaires et Innovantes, vitrine de l’économie circulaire, portée par l’association Les Canaux. L’association conseille, forme et accompagne les acteurs économiques engagés pour la solidarité et la planète, en France et à l’international. Elle propose des outils concrets à tous ceux qui souhaitent développer leur impact social et environnemental dans leur travail ou leur entreprise.

A l’été 2017, la Ville de Paris a mis à disposition de l’association le bâtiment pour qu’elle puisse accueillir des événements autour d’une économie engagée et des modes de production plus durables et responsables.

Cela a impliqué de réaliser en 2016-2017 des réaménagements importants et exemplaires du point de vue environnemental, notamment en économie circulaire, pour que le bâtiment soit à l’image du projet et de ses occupants. Ceux-ci concernaient le réaménagement intérieur du R+1 et R+2 aujourd’hui à usage de bureaux. 95 % des matériaux, produits et équipements utilisés étaient issus du réemploi, biosourcés et/ou éco labellisés. 95% des matériaux, produits sortants et des déchets du chantier ont été réemployés, réutilisés ou recyclés. La Ville de Paris a remporté pour ces travaux, le prix territoria de bronze dans la catégorie « Aménagement de l’espace public – Urbanisme » par l’Observatoire National de l’Innovation Publique en 2018.

En mars 2020, la Ville de Paris a signé un marché de conception-réalisation avec le groupement Grand Huit pour lancer la phase 2 de la rénovation de la Maison des Canaux avec toujours le même objectif, un bâtiment le plus vertueux possible, notamment en économie circulaire. Il se décline concrètement par :

  • privilégier la sobriété de la matière, de l’énergie et de l’eau, en restaurant l’existant, en proposant des aménagements modulables (ex : cloisons adaptables aux différents usages de la salle du RDC), et démontables ainsi que des équipements low tech, en mettant en place un chauffage aux énergies renouvelables, et en récupérant l’eau de pluie.
  • s’approvisionner 100% en matériaux issus du réemploi, bio-géosourcés ou présentant au moins 15% de matériaux recyclés provenant en priorité de Paris et d’Ile de France ;
  • viser le zéro déchet valorisable enfoui.

Le programme des travaux de la phase 2 consiste à :

  • améliorer  les performances énergétiques du bâtiment (isolation intérieur du Rez de Chaussée et du premier étage, changement de menuiseries…) et créer une ventilation naturelle avec récupération de la chaleur;
  • changer la chaudière au fuel par une chaudière à énergie renouvelable, les pellets bois ;
  • créer une terrasse extérieure avec pergola, permettant l’extension des activités des Canaux et intégrant une rampe d’accès pour l’accessibilité au plus grand nombre du rez-de-chaussée du bâtiment ;
  • réaménager le rez-de-chaussée et le sous-sol pour améliorer l’accueil du public et la fonctionnalité du bâtiment ;
  • mettre en place d’un système de récupération des eaux pluviales permettant notamment l’arrosage des futures plantations de la terrasse.

Le groupement Grand Huit associe des architectes (La Scop Grand 8), bureaux d’étude et entreprises, pour la plupart implantés dans le 19ème arrondissement et engagés dans l’économie circulaire, sociale et solidaire. Ils font également appelle à de nombreux artisans franciliens spécialisées dans le réemploi et des gestionnaires de plateformes physique de réemploi.

Pour mener à bien cette opération, la Ville de Paris est accompagnée par Ekopolis dans le cadre de la démarche Bdf – Bâtiments durables franciliens, dispositif d’accompagnement, d’évaluation et d’apprentissage, destiné aux opérations de construction et de réhabilitation en Île-de-France, Tribu énergie pour l’évaluation des gains carbone et le suivi de la performance énergétique, et Bellastock dans le cadre du projet européen Facilitating the circulation of reclaimed building elements in Northwestern Europe (FCRBE) pour le sujet assurantiel du réemploi des poutrelles métalliques.

De nombreux maîtres d’ouvrage ont accepté de participer à ce projet en créant des synergies inter-chantier et en donnant à la Ville de Paris des matériaux et produits de construction (ex : poutrelles, portes palières, paillasses, mobiliers…).

La Ville de Paris a également accepté la proposition de l’architecte Clara Simay d’expérimenter un écran thermique composé de 100% de matériaux bio-géosourcé francilien, lattis bois et enduit de plâtre et ainsi s’affranchir du treillis métallique imposé par la réglementation sur la sécurité incendie. Cet écran est une technique ancienne dont les matériaux et savoir-faire sont encore connus et qui était fréquemment retrouvée dans les bâtiments parisiens au 16e siècle, avant l’avènement du règne de la plaque de plâtre. Pour être de nouveau utilisée et répondre à la réglementation en vigueur, la Ville de Paris a sollicité le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) pour réaliser un essai de résistance au feu, avec l’appui technique d’Arthur Hellouin de Menibus. Les résultats sont en cours de consolidation et devraient être concluants.

Ce démonstrateur a également une vertu pédagogique. Différentes visites de chantier sont prévues. Les enseignements sont capitalisés et formalisés dans différents supports de communication (article, vidéo, motion design), disponibles sur ce site internet.

Crédits : Corentin Perrichot

1 –  Treillage réalisé par l’atelier R-are  et à Travers Fils à partir de portes déposées dans le cadre  de la réhabilitation de logements sociaux.

2 –  Mur en pierres sèches réalisé à partir de pierres de voirie obsolètes et des pierres issus des démolitions intérieures du bâtiment

3 –  Platelage de la terrasse  en bois  réemployé sur structure métallique  issue d’un chantier de déconstruction de  Sequano et Est Ensemble à Bondy

4 –  Réfection d’une partie du sol  du Rez–de-chaussée en parement de béton réemployé conçu par Bégo-réemploi,  et de marches granito des escaliers d’un chantier de Seine Saint Denis Habitat

5 –  Palissade réalisée à partir de portes de caves déposées  dans le cadre de réhabilitation de logements sociaux rue de Meaux dans le 19e arrondissement.

6 – Cloisons amovibles  réalisées  par les Résilientes à partir de déchets textiles

7 – Isolation, à l’étage, à partir de laine de verre réemployé  d’un chantier de  déconstruction avec une finition en moquette  remployée par les Résilientes

8 – Au Rez de chaussée, isolation en coton recyclé avec une finition en enduit plâtre sur lattis bois , technique typiquement parisienne (essais en cours au CSTB)

Revenir en haut de page