Carnet de Chantier Confiné 2 – Chaussée Végétale®

Visioconférence confinée du 7 avril 2020, 11h00

Une visioconférence présentée par La Petite Fabrique, accompagnée d’Arnauld Delacroix, paysagiste et concepteur de la Chaussée Végétale® et de Pavévert®.

Visioconférence juste ICI ou directement en dessous ⇊

A retrouver ici en accès libre, les documents présentés lors de la visioconférence :

QUESTIONS/RÉPONSES avec Arnauld Delacroix

Quel est le coût de ces produits ?
Chaussée végétale = enrobé noir 
Tout compris (décaissement, géotextile, structure, etc…). En région parisienne il faut compter environ 30€ HT le m² pour du piéton et 45€ HT pour du stationnement. Voire moins si l’on recycle les matériaux présents sur place.

Pavévert = pavage joint béton
En région parisienne, il faut compter entre 100 et 150€ HT du m² pour accueillir des voitures, tout dépend du prix des pavés ou des dalles choisies ! 
Les avantages de Pavévert sont de transformer un revêtement étanche en revêtement perméable et végétalisé sans frais supplémentaire, sans avoir à appliquer les temps de séchage du béton qui est de l’ordre de 15 jours, et sans avoir à nettoyer les pavés après la mise en place des joints béton. J’ajouterai que Pavévert permet d’obtenir des revêtements urbains recyclables à l’infini, pas besoin de les nettoyer ou de les retailler si l’on souhaite les réutiliser des décennies après pour un autre aménagement : l’investissement des pavés est donc intéressant dans la durée…

Ce procédé est-il breveté ?
Les marques et procédés sont protégés, la composition des graines et de l’amendement également, par les deux entreprises. N’importe qui peut utiliser ces deux procédés maintenant qu’ils sont commercialisés. J’ai réalisé les fiches techniques et le cahier des charges. Maintenant, nous travaillons ensemble pour développer le produit.

STRUCTURE ET MISE EN OEUVRE :
Quel est l’intérêt du système Pavévert par rapport aux pavés végétalisés classiques ?
Par rapport aux pavés végétalisés classiques, il y a zéro entretien et les joints ne se creusent pas car il n’y a pas de terre. Avec les plantes et leur système racinaire, les pavés ne risquent pas de se déchausser.

Est-ce que cette Chaussée Végétale a la capacité de portance nécessaire pour une voie pompier ?
L’augmentation de l’épaisseur de la structure permet d’augmenter la portance. Plusieurs voies pompier ont été réalisées et remplissent parfaitement leur rôle.

Quelle largeur de joint est préconisée entre les Pavéverts ?
Moins de 1 cm, il faut même coller les pavés s’ils ont des bords irréguliers.

USAGE :
Sur les zones où la végétation ne pousse pas (trop de piétinements) est-ce que cela fait de la boue ?
Non, il n’y a pas de terre, donc pas de boue, pas d’ornières, pas de problème de gel ou de dégel.

Doit-on oublier les cours d’école parce qu’il y a trop de fréquentation ?
Lorsque c’est très fréquenté, il peut être plus intéressant d’utiliser le principe des Pavéverts. Les plantes sont protégées entre les pavés, même avec une très forte fréquentation.
Sinon, la Chaussée Végétale peut être utilisée dans les zones fréquentées, mais il faut plus faire preuve de pédagogie pour expliquer que la végétation ne pousse pas partout, mais que le sol est quand même vivant.

Est-il facile de déloger les cailloux à la main (par exemple par les enfants des écoles qui ‘fouillent’ la terre)?
La chaussée est tout à fait compactée et la végétation participe au maintien de la grave, il est donc plus difficile de prendre les cailloux comme pour des graviers classiques, cela reste possible, mais autant que pour un terre-pierre ou un stabilisé.

Y-a-t-il des difficultés pour la circulation des personnes âgées ?
Non, la chaussée est bien compactée, en terminant avec une grave 0/10 ou 0/20 en surface, il n’y a aucun obstacle préjudiciable à l’accessibilité.

Est-ce que la Chaussée Végétale peut remplacer un dos-d’âne routier? 
Non, c’est le procédé Pavévert qui va être adapté. Chaussée Végétale n’est pas un revêtement qui supporte de fortes vitesses de véhicules (phénomène d’ondulation puis ornières à terme). Chaussée Végétale est applicable pour des vitesses inférieures à 20 km/h (stationnement, piéton, vélos, voies pompier etc…).

Peut-on utiliser Chaussée Végétale pour les trottoirs en ville ?
Tout dépend de la fréquentation des trottoirs. Il y a de nombreux trottoirs qui ont déjà été réalisés en Chaussée Végétale et qui vieillissent très bien. Si le trottoir est très fréquenté, il est préférable d’utiliser Pavévert.

Quelle serait la capacité de rebond des sols sportifs végétalisés ?
Aucun. C’est un sol dur, compacté, qui ne permet pas de faire un sol souple. Par contre, en posant dessus des dalles caoutchouteuses ajourées, vous pouvez réaliser un sol amortissant, végétalisé, et perméable.

TESTS, INFILTRATIONS ET POLLUTIONS
Comment cela joue-t-il sur les îlots de chaleur ?
On constate une baisse des températures ambiantes (simplement avec 10% de végétation en plus, on diminue de 2 degrés la température ambiante).

Est-ce qu’une étude micro-climatique et/ou thermique a été menée sur ces chaussées ?
Des études ont été menées sur les différences de température entre une pelouse et des revêtements classiques à proximité : une différence de 4°C a pu être mise en évidence. Nous avons réalisé des relevés précis ce printemps, concernant Chaussée Végétale et Pavévert. Il faut ajouter que plus il y a d’arbres ou de plantes dans l’environnement des Chaussée Végétales, plus elles résistent longtemps l’été à la chaleur.

Des tests d’infiltration ont-ils été réalisés ? Quelles sont les capacités d’infiltration de ce type de revêtement ? Est-ce compatible avec les objectifs de la Ville de Paris (infiltration de la pluie de 1- mm) ?
Non, les tests ne sont pas commencés, dès qu’ils auront été réalisés ils seront transmis et publiés sur le site. A priori, le système est compatible avec le PLU et c’est dans ce cas qu’il est posé sur le projet de La Petite Fabrique ; infiltration totale, aucun rejet dans le réseau.

Pour les trottoirs, cela ne représente-t-il pas un risque d’infiltration pour les fondations ?
Il faut savoir que le sol est naturellement humide et c’est cette humidité qui alimente les plantes de Chaussée Végétale et de Pavévert. L’eau circule dans les deux sens : infiltration vers le bas ou évapotranspiration vers le haut (travail des racines et des mycorhizes). Les revêtements étanches bloquent l’eau en pied de façade ; c’est pour cela qu’il peut y avoir des problèmes d’humidité sur certaines pierres lorsque le sol ne respire plus. Pour tout problème d’humidité : sol perméable et végétalisé !

Qu’en est-il des récupérations des hydrocarbures dans le cas de la chaussée centrale imperméable ?
La Chaussée Végétale fonctionne comme une petite machine à dépolluer. Les micro-organismes (à l’image d’un filtre planté) vont dégrader les hydrocarbures, ainsi l’eau est dépolluée directement sur place. Il n’est pas nécessaire d’installer des débourbeurs déshuileurs comme pour les parkings étanches. Les hydrocarbures qui tombent (de plus en plus rare, car motif de rejet du contrôle technique des véhicules) sur les chaussées imperméables vont ruisseler vers les Chaussées Végétales où ils seront bio-dégradés.

Comment cela se passe-t-il lorsqu’il y a trop d’eau pour la capacité d’infiltration du terrain ?
Dans les projets, nous mettons en place un système de sécurité pour faire ruisseler l’eau en surface (il vaut mieux 1 ou 2 cm d’eau répartis sur une grande surface plutôt qu’un tuyau surchargé). Nous appelons cela l’assainissement de surface. Des noues végétalisées se chargent d’infiltrer l’excédent, et en sécurité ultime, nous pouvons mettre en place des sur-verses, des puisards ou des connexions en fin de parcours de l’eau à l’exutoire existant, s’il existe. Mais la plupart du temps, les systèmes Pavévert et Chaussée Végétale suffisent.
Nous avons réalisé un stationnement 100% perméable dans une zone inondable, après une crue exceptionnelle où tout était inondé, lors de la décrue, l’eau s’est infiltrée et le revêtement n’a pas été altéré. Les voitures ont pu stationner tout de suite après l’événement.

ENTRETIEN ET NETTOYAGE :
Pouvez-vous indiquer si ce type de revêtement est pérenne dans le temps dans le cas d’une circulation importante, comme à Paris ?
Il faut privilégier Pavévert si la sollicitation est très importante. 

Comment nettoie-t-on ? Cela ne va-t-il pas plaire aux chiens, comment retire-t-on les crottes ? Les petits papiers et les mégots ? Les feuilles ?
On ne doit pas brosser ou karcheriser ces deux procédés. On peut passer la souffleuse éventuellement, mais les feuilles font partie du système de biodégradation et vont nourrir les petites plantes du système. Il faudrait attendre des centaines années, avant qu’il y ait un ajout naturel de matière organique susceptible de déstabiliser la chaussée.
Il faut parier sur un futur avec moins de pollution, sans emballage plastique à usage unique et un lieu que les gens respecteront plus que les trottoirs actuels.

À Paris, il y a beaucoup de réseaux en sous-sol, est-ce réparable facilement ?
On peut tout simplement enlever les pavés ou la Chaussée Végétale couche par couche pour ensuite creuser la tranchée, ajouter ou changer un réseau et ensuite reboucher en plaçant les couches dans le bon ordre. La cicatrisation se fait naturellement, on peut re-semer les graines pour effacer les traces de l’intervention. Cette question est intéressante, car elle montre aussi que ces deux procédés sont recyclables à l’infini…

Il y a donc ZÉRO entretien ?
A moins qu’il y ait un défaut lors de la mise en œuvre ou un événement météo exceptionnel lors des premières semaines d’implantation, en effet, zéro entretien. Par contre, plus vous laissez longtemps les plantes s’implanter dans la Chaussée Végétale, plus les plantes seront résistantes quand vous les piétinerez ou lorsque la voiture viendra se garer. 

VÉGÉTATION :
Et si on roule beaucoup dessus, cela pousse-t-il? 
Pour Chaussée Végétale, plus on circule dessus, plus la végétation est rase, voir presque inexistante si la fréquence est très élevée. En tout cas, la différence avec les zones moins sollicitée sera visible. Dans ce cas il est préférable d’utiliser le principe de Pavévert plus adapté au trafic intense.

Que se passe-t-il si une voiture reste longtemps dessus? La végétation pousse-t-elle?
Les plantes sont résistantes, elles n’ont pas besoin de beaucoup de lumière en réalité. Un peu de lumière le matin et le soir est largement suffisant. On s’aperçoit même que lors de fortes chaleurs, ce sont les places protégées du soleil par une voiture qui restent vertes plus longtemps. Par contre, les plantes ne résisteraient pas à un véhicule garé en permanence sur la même place, sans jamais se déplacer…

C’est très séduisant, mais certains végétaux ne risquent-ils pas de prendre le dessus sur d’autres comme les mousses et les lichens et nécessiter en définitive un traitement chimique ?
Il y a des mousses et des lichens qui arrivent effectivement avec le temps : ils sont les bienvenus, car ils font partie de la biodiversité. Ces revêtements sont adaptés à un monde sans traitement chimique, bien évidemment.

Les surfaces Chaussées Végétales peuvent elles être incluses dans les % espaces verts (souvent imposés dans les PLU) ?
Oui. Cela peut être comptabilisé. Exemple à Nanterre, ils font très attention à cela. Dans les coefficients de biotope (CBS), ces revêtements doivent être pris en compte dans les surfaces (sols vivants).

Y a-t-il des mélanges de graines spéciales méditerranéennes ?
Ce type de graines sont déjà incorporées au mélange. Elles tiendront plus longtemps si la surface en Chaussée végétale est bien ombragée par des arbres.