LE RETOUR DU SOLEIL !!!! enfin !!!

À gauche, mercredi 20 novembre, nous avons eu la visite du fondateur du CHENELET, François MARTY qui est venu voir le travail de ses équipes – à droite : vendredi 22 novembre, visite de nos collègues de la DCPA, merci !

Construire Autrement à Paris, suite…

Enfin, le retour du soleil, ouf !! Mais c’est maintenant l’arrivée du froid et des premières gelées nocturnes!!

ÉTANCHÉITÉ TOITURE TERRASSE DE LA SALLE DE CLASSE

L’entreprise profite de ce beau temps pour terminer de coller les lais de la membrane d’étanchéité EPDM, dans le meilleur créneau possible, combinant soleil et température, pas en dessous de 7°C

Mercredi après-midi l’entreprise procède à la mise en eau, en mettant la toiture terrasse en charge…avec de l’eau colorée…les bateaux de la Petite Fabrique flottent dans cette piscine improvisée….mais 3h plus tard, mauvaise nouvelle, une fuite !!!

Branlebas de combat, vidage en urgence de l’eau bleue et tout le monde sur place à 8H00 jeudi matin, inspection minutieuse de l’étanchéité, y compris dans le vide de ventilation derrière la remontée en acrotère. A force de tests façon « batardeau », le point de fuite a été identifié ; tous les points de raccords ont été testés individuellement et une nouvelle mise en eau aura lieu mercredi prochain !!

“BLOWER DOOR TEST”, OU TEST D’IMPERMÉABILITÉ À L’AIR

Tous les calfeutrements ont été réalisés pour se préparer au test. L’opération est menée avec l’appui du bureau d’étude MANEXI. « La maîtrise de la consommation de chauffage d’un bâtiment passe par la maîtrise de ses déperditions à travers son enveloppe d’une part et la maîtrise de ses débits de ventilation d’autre part. Or il n’est pas possible de maîtriser les débits de ventilation sans assurer la bonne étanchéité à l’air de l’enveloppe.

L’étanchéité à l’air de l’enveloppe est quantifiée par le débit de fuite d’air du bâtiment sous une différence de pression de 4 Pa, ramenée à la surface déperditive du bâtiment (hors plancher bas). C’est le coefficient « Q4 ».
Sur ce projet ambitieux, la perméabilité à l’air cible est un Q4Pa-Surf * ≤ 0,6 m3/(h.m2), valeur environ 3 fois plus faible que la valeur par défaut admise pour ce type de bâtiment par la réglementation thermique RT2012 : 1,7 m3/(h.m2). » 
Luc Welfringer du bureau d’études Manexi

Sur le terrain, la mesure du « Q4 » est réalisée à l’aide d’un dispositif de « porte soufflante » (ou « blower door ») qui vient se substituer à l’une des menuiseries du bâtiment afin de générer une différence de pression entre l’intérieur et l’extérieur. Les réseaux de ventilation étant préalablement calfeutrés, la mesure du débit à travers la porte permet d’en déduire le débit des fuites d’air par les défauts de l’enveloppe. Des tests sont réalisés à plusieurs étapes du projet afin de vérifier la convergence du bâtiment vers l’objectif cible tout au long de sa construction.

A ce stade de la construction, les résultats du test ont montré une perméabilité à l’air de 0,66 m3/h/m2…Nous sommes presque à la valeur cible…Une reprise des points d’infiltration est prévue par l’entreprise, notamment sur la jonction entre le sol et les caissons de façades et au niveau des encadrements de fenêtres en appliques ;
Après reprises de ces points de faiblesse, nous sommes raisonnablement optimistes sur l’atteinte du 0.6 m3/h/m2, soit 2 fois plus performants que le label Effinergie +

Caméra thermique en cours d’inspection de scotch d’étanchéité
Pose de la porte avec le ventilateur pour mettre la pièce en dépression

MISE AU POINT DE LA VENTILATION NATURELLE et PANNEAUX AEROVOLTAIQUES

Cette semaine a également été l’occasion de faire une grosse réunion de synthèse avec Jean-Luc Collet, notre expert en ventilation naturelle activée et ENGIE, volontaire pour un mécénat de compétence. Les échanges par mail et téléphone, n’ont pas suffi à permettre une parfaite compréhension de tous les acteurs sur le sujet de la ventilation naturelle encore peu diffusée dans la construction neuve. La réunion d’1/2 journée sur le chantier a permis de lever toutes les questions techniques et d’optimiser le projet (simplifier) en fonction de nos usages et de la maintenance à prévoir. Les éléments ont été repris les uns après les autres afin de mettre en place le projet le plus durable, simple, économe en énergie, et règlementaire.

Nous sommes désormais dans une course contre la montre pour faire valider ce principe de mécénat de compétence par le Conseil de Paris dans les délais compatibles avec le chantier !

ATELIER DE LA SALPA ELECTRICIENS

L’équipe des ateliers de la SALPA est à pied d’œuvre sur le chantier pour la réalisation des travaux d’électricité du bâtiment. Sylvain et son équipe réalisent tous les travaux de câblage du bâtiment, y compris l’installation des appareillages et des luminaires du projet.

REALISATION DU PROTOTYPE POUR VALIDATION DE LA POSE DU BARRAGE AU DROIT DES TABLEAUX

La pose du bardage est validée en réunion de chantier :

  1. Fourrure complémentaire au droit des tableaux pour lutter contre les ponts thermiques
  2. Pose du bardage et gestion du recouvrement à l’angle.

POUR LA PROCHAINE FOIS ….

  • Vérifier que les scotchs d’étanchéité soient de largeur différente en fonction des zones à traiter.
  • Faire confiance au travail de groupe entre les techniciens et ingénieurs sur le chantier pour mettre au pointles sujets d’innovation, comme la ventilation naturelle activée et les panneaux aérovoltaiques